Détermination du temps ou de la température d’oxydation induit OIT ou OOT

Les influences externes telles que les radiations UV (lumière), la température, l’oxygène de l’atmosphère, les atmosphères agressives ou les substances chimiques ou biologiques entraînent un vieillissement prématuré des matériaux organiques, qui peut avoir un influence considérable sur leurs propriétés et peut entraîner des ruptures dans les pièces où ils sont utilisés. La cause la plus répandue du vieillissement chimique (ex. dégradation des chaînes) est l’oxydation, rendant important ce critère de stabilité à l’oxydation pour les applications avec les huiles, les graisses, les lubrifiants, les carburants ou les plastiques. La stabilité à l’oxydation peut être déterminée via la Température d’Oxydation Induit/Temps d’Oxydation Induit (OIT) grâce à la calorimétrie différentielle à balayage (DSC) à l’aide de procédures normalisées.

En pratique, deux différentes méthodes sont utilisées: les tests OIT en dynamique ou en isotherme. Dans la technique dynamique, l’échantillon est chauffé avec une vitesse de chauffage constante sous atmosphère oxydante jusqu’à ce que la réaction commence. La Température d’Oxydation Induite OIT (ou Température d’Onset d’Oxydation OOT) est la température d’Onset extrapolée du phénomène DSC exothermique détecté. Dans la technique isotherme, l’échantillon est chauffé sous gaz de protection, puis maintenu pendant plusieurs minutes à une température constante afin d’établir un équilibre et enfin il est exposé à une atmosphère oxydante. Le temps entre le contact avec l’oxygène et le début de l’oxydation est appelé Temps d’Oxydation Induit OIT.

La procédure de préparation, mise en place et évaluation des mesures est décrite en détails dans les normes nationales ou internationales telles que ASTM D3895 (polyéthylène), DIN EN 728 (tubes plastiques) ou ISO 11357-6 (plastiques). Généralement, les creusets ouverts ou des creusets avec de multiples trous sur le couvercle sont utilisés. Pour les polyoléfines, comme le PE ou PP, un OIT plus long permet de conclure que la stabilité à l’oxydation est meilleure et par conséquent une durée de vie plus grande.

Vous pouvez être intéressé également par:

DSC 204 F1 Phoenix®

Une très haute sensibilité et une très haute résolution peuvent être atteintes avec ce DSC (Calorimètre Différentiel à Balayage) haut de gamme, qui peut aussi être équipé d’un passeur d’échantillon (ASC), de la modulation en température (TM-DSC), de l’optimisation de la ligne de base (BeFlat®), la correction de la résistance thermique et de la constante de temps (DSC-Correction), ainsi que d’un couplage à un QMS et un FTIR et enfin d’une extension UV pour la photo calorimétrie.

DSC 204 HP Phoenix® – Calorimètre Différentiel à Balayage

Les mesures DSC à différentes pressions permettent des possibilités supplémentaires pour étudier les réactions chimiques, les procédés de vaporisation (ASTM E1782), adsorption et désorption, et les études de vieillissement (ASTM E1858, ASTM D6186, ASTM E2009, ASTM D5483). Le DSC 204 HP Phoenix® (Calorimètre Différentiel à Balayage) a une configuration idéale pour ce type d’applications.

DSC 3500 Sirius

Le DSC 3500 Sirius allie la compacité, la robustesse et la facilité d’utilisation avec une haute sensibilité de détection, offrant ainsi les conditions optimales pour le contrôle qualité et l’analyse de défaillances dans les domaines tels que les aliments, les cosmétiques, les polymères, les textiles techniques et les matériaux organiques et inorganiques.

DSC 214 Polyma – Calorimètre Différentiel à Balayage

Le DSC 214 Polyma offre une solution puissante pour les exigences des mesures quotidiennes en termes d’instrument et de logiciel. Il est facile à utiliser tout en étant très précis, faisant de cet instrument DSC innovant l’outil idéal pour la recherche, le développement, le contrôle qualité et l’analyse de défaillances pour les matériaux polymères.